L’ANNEE DU JUBILEE

INTRODUCTION

L’observance la plus inhabituelle que Dieu ordonna aux Israélites par le truchement de Moïse était de respecter l’année du Jubilée. Pour la plupart des gens, cette célébration se produisait seulement une fois dans leur vie, et pour certains, cela ne se produisait même pas du fait qu’elle arrivait une fois tous les 50 ans.

Lors de l’année du Jubilée, tous les Israélites qui s’étaient vendus comme esclaves, redevenaient libres, et toute terre qui avait été vendue revenait à son propriétaire initial. Ceci signifie qu’aucun Israélite ne pouvait être esclave en permanence ; pas plus qu’il ne pouvait perdre de façon définitive son héritage.

Lors de l’année du Jubilée, tous les Israélites qui s’étaient vendus comme esclaves, redevenaient libres, et toute terre qui avait été vendue revenait à son propriétaire initial. Ceci signifie qu’aucun Israélite ne pouvait être esclave en permanence ; pas plus qu’il ne pouvait perdre de façon définitive son héritage.

Le mot français «jubilée » vient du mot hébreu «yobel » qui signifie une trompette ou corne de bélier. On soufflait dans ces cornes de bélier le Jour de Repentance pour annoncer le début de l’année du jubilée. Le mot Jubilée ne devrait pas être confondu avec le mot « jubilation » qui vient d’un mot latin signifiant « se réjouir ». L’année du Jubilée était sans aucun doute un temps de grande jubilation, mais les similitudes de ces deux mots sont (au moins humainement parlant) une coïncidence.

Pour comprendre l’année du jubilée plus clairement, nous devons en premier lieu revoir le concept de Shabbat.

SHABBAT

L’observance du Shabbat faisait partie des cérémonies de la loi que Dieu donna à Israël par l’intermédiaire de Moïse. Nous pensons habituellement au Shabbat comme un jour de la semaine, mais sa signification dans les Ecritures est beaucoup plus large. Son enseignement s’applique non seulement au 7ème jour de la semaine, mais aussi au calendrier des 7 fêtes d’Israël et aux périodes de 7 années et de 7 fois 7 ans. Son importance est telle que, contrairement à toute autre partie des lois cérémoniales, il est même l’un des 10 commandements.

Les mots du 4ème commandement sont : « Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu: tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes. Car en six jours l’Éternel a fait les cieux, la terre et la mer, et tout ce qui y est contenu, et il s’est reposé le septième jour: c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié. »

Les israélites des temps anciens comprirent le Shabbat comme un jour littéral de la semaine, le 7ème jour qui correspond à notre samedi. Pour ce jour, ils s’abstenaient strictement de tout travail. C’était un signe et une alliance entre eux et Yaweh leur Dieu, qui les distinguait des tribus environnantes.

Dans le livre de l’Exode 31 : 15, Dieu prescrit la mort pour quiconque qui enfreint le Shabbat. « On travaillera six jours; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos, consacré à l’Éternel. Celui qui fera quelque ouvrage le jour du sabbat, sera puni de mort. ».

Dans Deutéronome chapitre 5, où les commandements sont réitérés, nous trouvons cet additif au 4ème commandement : « Tu te souviendras que tu as été esclave au pays d’Égypte, et que l’Éternel, ton Dieu, t’en a fait sortir à main forte et à bras étendu: c’est pourquoi l’Éternel, ton Dieu, t’a ordonné d’observer le jour du repos. »

Durant leur temps d’errance dans le désert, les Israélites observèrent strictement le Shabbat. Ils trouvèrent un homme rassemblant des morceaux de bois le jour du Shabbat, et l’apportèrent à Moïse. Dieu dit à Moïse que cet homme devait mourir, et ils le lapidèrent (Nombres 15 : 32-36).

Dieu dit que le Shabbat était un jour saint. Ce qui signifie simplement qu’il est mis à part et différent des autres jours. Il était mis à part comme un jour de repos.

Pourquoi trouvons-nous ce commandement solennel du respect du Shabbat répertorié parmi les 10 commandements ? C’est le plus long de tous les commandements et il est même placé avant les commandements d’ordre moral tels que « tu ne tueras point » et « tu ne voleras point » ? Je suggère trois raisons :

J’ai mené une réflexion séparée sur le Shabbat.

FETES ANNUELLES

L’idée d’un repos de Shabbat est le fondement de toutes les autres célébrations de l’ancienne alliance. Lorsque nous examinons les fêtes, nous trouvons qu’un travail non utile ne doit être fait pour chacune d’entre elles.

Pentecôte est le nom grec pour le mot hébreu Shavouot ou Fête des Semaines. C’est ainsi qu’elle est décrite dans le livre Lévitiques 23 : 15,16. « Depuis le lendemain du sabbat, du jour où vous apporterez la gerbe pour être agitée de côté et d’autre, vous compterez sept semaines entières. Vous compterez cinquante jours jusqu’au lendemain du septième sabbat; et vous ferez à l’Éternel une offrande nouvelle. » Nous voyons que cette fête était le Shabbat des shabbats.

Le Shabbat est un jour spécial. C’est pourquoi, le mot « saint » signifie « mis à part » ou « spécial ». Le septième Shabbat est un jour spécial parmi les jours spéciaux.

En comparaison, que voulons-nous dire par le Roi des rois ? Un roi est une personne unique et spéciale, au-dessus de tous ses sujets. Le Roi des rois est une personne unique et spéciale parmi tous les rois. Il est si spécial que devant lui tous les rois apparaissent comme des gens ordinaires et s’inclinent devant lui.

Que voulons-nous signifier par le Saint des saints ? Le Saint Lieu est un endroit qui est mis à part et différent de tous les autres lieux ordinaires. Le Saint des Saints est particulier et mis à part même quand nous le comparons avec le Saint Lieu.

C’en est de même pour le Shabbat des Shabbats, particulier et mis à part, quand nous le comparons avec le Shabbat. La Pentecôte ou Shavouot était un Shabbat des Shabbats, spécial et saint parmi tous les Shabbats.

Le 7ème jour de la semaine ou Shabbat était un jour spécial, et nous découvrons aussi que le 7ème mois du calendrier hébraïque était un mois spécial. Il contenait 3 fêtes et 4 jours supplémentaires de Shabbat. Le premier jour du septième mois était la Fête des Trompettes. C’était aussi un Shabbat. De même, le 10ème jour du septième mois était un Shabbat. C’était le Grand Jour de Yom Kippour ou Jour de Repentance. Yom Kippour était suivi le 15ème jour du 7ème mois, par les 8 jours de la Fête des Tabernacles. Les premier et dernier jours de cette fête étaient aussi des Shabbats.

Nous voyons ainsi que pas seulement le 7ème jour de la semaine était un jour spécial, mais aussi que le 7ème mois était un mois spécial contenant 3 fêtes et 4 jours de shabbat supplémentaire.

J’ai écrit un article séparé sur Les Fêtes d’Israël.

LES ANNEES SABBATIQUES

Le 7ème jour était spécial, le 7ème mois était aussi spécial, et il en était de même pour la 7ème année. C’était une année sabbatique. Dans le livre des Lévitiques 25 : 1-4, nous lisons : « L’Éternel parla à Moïse sur la montagne de Sinaï, et dit: Parle aux enfants d’Israël, et tu leur diras: Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, la terre se reposera: ce sera un sabbat en l’honneur de l’Éternel. Pendant six années tu ensemenceras ton champ, pendant six années tu tailleras ta vigne; et tu en recueilleras le produit. Mais la septième année sera un sabbat, un temps de repos pour la terre, un sabbat en l’honneur de l’Éternel: tu n’ensemenceras point ton champ, et tu ne tailleras point ta vigne.»

Le jour de Shabbat était un temps de repos pour tout le monde : homme, femme, maîtres, esclaves et même les animaux. La 7ème année était un temps de repos pour la terre.

Pourquoi le corps humain a-t-il besoin de dormir 8 heures par 24 heures ? qu’est-ce qui se passe durant ces 8 heures ? Les scientifiques n’ont pas encore de réponse à ces questions. Nous comprenons le besoin de manger, mais pourquoi devons-nous dormir ? Dieu a ainsi marqué sa création que toute chose a besoin de repos. Il aurait pu agir autrement, mais il a décidé que le besoin de repos serait la marque de fabrique de toute sa création.

JUBILEES

Ceci nous amène au sujet central de cet écrit. Les versets 8 à 55 de Lévitiques chapitre 25 décrivent l’année du Jubilée. Les quelques premiers versets sont comme suit : « Tu compteras sept sabbats d’années, sept fois sept années, et les jours de ces sept sabbats d’années feront quarante-neuf ans. Le dixième jour du septième mois, tu feras retentir les sons éclatants de la trompette; le jour des expiations, vous sonnerez de la trompette dans tout votre pays. Et vous sanctifierez la cinquantième année, vous publierez la liberté dans le pays pour tous ses habitants: ce sera pour vous le jubilé; chacun de vous retournera dans sa propriété, et chacun de vous retournera dans sa famille.»

Comme le jour de la Pentecôte, l’année du Jubilée est un Shabbat des Shabbats. C’est une année spéciale parmi les années spéciales. Son point culminant était le Jour de Repentance. Qu’est-ce qui se produisait alors à ce moment crucial arrivant une fois dans la vie ? On sonnait des trompettes sur toute la terre d’Israël et 2 étonnantes choses arrivaient :

Nous ne pouvons comprendre l’impact total de ceci sans connaître le passé historique. Pendant plus de 80 ans avant l’Exode, les Israélites ont été esclaves en Egypte, sans aucune liberté et aucune possession. Quand ils atteignirent la terre de Canaan, Josué divisa la terre parmi les tribus et leurs familles, de sorte que chacun eut son propre héritage. Tout adulte mâle parmi eux devint possesseur d’une terre. Cette terre était une possession permanente qui ne pourrait jamais sortir de la famille. Si un homme devenait pauvre, il pouvait vendre tout ou partie de sa terre, mais seulement à titre temporaire. Celle-ci devait toujours lui revenir ou à ses descendants l’année du Jubilée. S’il devait encore s’appauvrir et dans l’incapacité de payer ses dettes, il pouvait se vendre lui-même comme esclave et travailler pour les payer. Encore que cet esclavage ne pouvait être aussi que temporaire. Quand le grand Jour de Repentance de l’année du Jubilée arrivait, il redevenait un homme libre une fois de plus et récupérait son héritage.

Quelle merveilleuse disposition ! Combien d’esclaves sans terre dans les pays pauvres du monde actuel souhaiteraient avoir vécu sous de telles lois !

C’était alors les lois du Shabbat, les fêtes, les années sabbatiques et les Jubilées que Dieu donna à l’ancien Israël par l’intermédiaire de son serviteur, Moïse, et il n’est pas difficile de les lire et de les étudier. Mais, nous devons y voir plus que cela. Nous devons nous demander quelle est la signification de ces Jubilées à travers l’histoire, et ce qu’ils représentent pour nous 3500 ans et plus après leur tout premier décret.

Comment et pendant combien de temps les israélites continuèrent d’observer les Jubilées après la période de Moïse n’est pas mentionné dans la Bible, pour autant que je le sache. Il n’y a pas de mention explicite ultérieure des jubilées après le Livre des Nombres. Cependant, l’étude de la chronologie de la Bible révèle le fait important qu’Israël observa pendant une période inconnue les fêtes spéciales du Jubilée commandées par Dieu. 5 des évènements les plus importants et significatifs de l’histoire de la Bible se produisirent exactement aux périodes-clés de Jubilée. (J’ai expliqué le calcul des périodes de temps de la Bible dans mon écrit Chronologie des Ecritures, et je ne répéterai pas ici ces explications).

Nous allons maintenant regarder ces 5 grands évènements des Jubilées et voir comment les deux principaux aspects du Jubilée (liberté et re-possession de l’héritage) ont été accomplis en eux. Nous anticiperons alors leur plein accomplissement dans un plus grand Jubilée qui est encore à venir.

JUBILEES PASSES

Le jour de la pentecôte, comme je l’ai dit, était le 50ème jour et était le jour suivant les 7 semaines à compter de Pâque. L’année du Jubilée se produisait après 7 années sabbatiques, soit 49 années. Il commençait le Jour de Repentance dans la 49ème année et durait jusqu’au jour de Repentance de la 50ème année. Dieu compta ces 49 années comme 50. Selon le même principe, Dieu calcula 490 années comme 500 et 1960 années comme 2000.

La naissance d’Abraham

Le premier Jubilée remarquable que Dieu observa (inconnu à l’homme) fut la naissance d’Abraham. Ceci se produisit exactement 40 jubilées ou 2000 ans dans la chronologie biblique à partir d’Adam.

Nous ne pouvons amplifier l’importance future de ce qui fut alors un évènement ordinaire et serein. Ce fut le début des desseins rédempteurs de Dieu pour toute la création. Sans Abraham, il n’y aurait pas eu Israël, ni Moïse, ni de loi, ni d’exode d’Egypte ou de Babylone et ni Jésus. Abraham fut le nouveau départ de Dieu.

Abraham naquit dans une ville appelée Ur en Chaldée dans le pays de Babylone. C’était un lieu corrompu et la première chose que Dieu fit ce fut de l’appeler à quitter cet endroit. Ses premiers mots adressés à Abraham furent : « Quitte ton pays, ton peuple et la maison de ton père et va au lieu que je t’indiquerai ».

Nous trouvons ici la semence du Jubilée. Abraham quitta Babylone (qui devint plus tard une terre de captivité pour les Juifs) et marcha en direction du pays que Dieu allait lui donner pour héritage. Nous étudierons ces 2 thèmes qui se répéteront dans d’autres grands jubilées qui vont suivre.

L’Exode

Le plus étonnant quant à la période de temps est qu’il se produisit dans l’année même du 50ème Jubilée à compter d’Adam. Un jubilée est lui-même une année très spéciale, représentant le shabbat des shabbats. Qu’est-ce alors qu’un 50ème jubilée si ce n’est un jubilée des jubilées ou encore un shabbat des shabbats des shabbats des shabbats ! Aussi, qu’est-ce qui se produisit l’année 2500 à compter d’Adam – ce Jubilée des jubilées ou shabbat des shabbats des shabbats des shabbats ? Ce fut cette même année que les Israélites sortirent d’Egypte ! Cet évènement fut un merveilleux shabbat. Les Israélites furent en mesure de se reposer de leur dur labeur sur la terre d’Egypte. Ce fut aussi l’accomplissement ultime de la loi biblique du Jubilée. Les deux grandes caractéristiques du Jubilée étaient remarquablement présentes. L’Exode fut le plus grand contexte de libération des esclaves que le monde ait jamais connu. Ce fut aussi le départ d’un processus par lequel la terre de Canaan retourna à ses propriétaires légaux. Dieu avait promis la terre de Canaan à Abraham et à ses descendants. Quand ils sortirent libres d’Egypte la voie était ouverte pour eux de marcher et de réclamer leur héritage.

50 jours après l’Exode, le jour de la Pentecôte, les Israélites parvinrent au Mont Sinaï. Nous lisons dans le Livre de l’Exode 19 : 16 : « Le troisième jour au matin, il y eut des tonnerres, des éclairs, et une épaisse nuée sur la montagne; le son de la trompette retentit fortement; et tout le peuple qui était dans le camp fut saisi d’épouvante ». Ce n’était pas autre chose que la trompette du jubilée.

La dédicace du Temple de Salomon

500 années à compter de l’Exode se produisit le grand évènement de toute l’histoire nationale d’Israël. Durant ces 500 années, les Israélites avaient erré dans le désert sous Moïse, puis avaient conquis Canaan sous Josué. Après plusieurs siècles sous la période des Juges, ils eurent leurs 3 plus grands rois. Saül battit les Amalécites qui étaient leur plus puissant ennemi. David bâtit sur les fondations de Saül et remporta victoire après victoire. Salomon pouvait alors se délecter des fruits des victoires de David et diriger son attention pour amasser des biens et construire de grands bâtiments.

Salomon eut le privilège de construire le Temple ou Maison de Dieu. Combien grand et merveilleux fut l’évènement quand la construction du temple fut finalement achevée, et le moment vint de le dédicacer à Dieu. L’année (inconnue pour Salomon) fut celle du 60ème jubilée à compter d’Adam et le temps de la Fête des Tabernacles. A cette toute spéciale occasion, le Saint-Esprit descendit avec une grande puissance, et les prêtres furent incapables d’exercer leur ministère à cause de la gloire de Dieu (1 Rois 8 :11).

Ce moment dans l’histoire fut l’accomplissement de tout ce qui avait commencé depuis l’Exode. Les Israélites furent, pour une brève période, un peuple totalement libres vivant sur leur propre terre – un statut qu’ils perdirent très vite et ne retrouvèrent point jusqu’à présent, à aucun moment de leur histoire. Précédemment, ils avaient été oppressés par les Egyptiens, les Cananéens, les Médianites et les Philistins parmi d’autres encore. Plus tard, ils furent oppressés successivement par les Syriens, les Assyriens, les Babyloniens et les Perses, les Grecs et les Romains. Mais pour un court intervalle de temps, sous David et Salomon, ils furent totalement libres. Dieu leur accorda le repos face à tous les ennemis, et ils furent capables de posséder et de se réjouir pleinement de leur héritage.

J’ai écrit davantage sur ce sujet dans une réflexion intitulée David and Solomon et m’abstiendrai de tout développement supplémentaire ici.

Le retour de Babylone

Les 500 années qui suivirent furent une période de trouble et de déclin pour Israël, qui fut suivi par un évènement incroyable. Dieu, qui ne peut mentir, avait promis par deux fois la terre d’Israël à Abraham comme une « possession éternelle » (Genèse 17 :8 et 48 :4). Cette promesse s’est accomplie merveilleusement. Israël fut sorti d’une position de miséreux esclaves sur une terre étrangère pour devenir un peuple puissant, indépendant, dans leur propre royaume. De nouveau, encore, ils redevinrent captifs sur une terre étrangère. Qu’advint-il des promesses de Dieu ?

Cette captivité fut très différente de celle d’Egypte. Ce fut un jugement et la conséquence du péché. Plus spécialement, ce fut la conséquence d’un jugement sur le peuple de Dieu pour avoir adoré d’autres dieux. Ce fut un jugement du péché de religion.

Babylone, dans les Ecritures, est le symbole de la religion de l’homme. Pendant des siècles, la religion faite par l’homme, centrée sur l’homme et contrôlée par l’homme avait tenu lieu de vérité au peuple de Dieu en captivité.

Daniel et Néhémie jeûnèrent et se lamentèrent, et confessèrent leurs péchés et ceux de leur peuple, et Dieu accorda la délivrance. Cyrus, roi de Perse, émit un décret disant que les Juifs pouvaient retourner à Jérusalem et reconstruirent leur temple (Esdras 1 : 1- 5).

Ce décret fut émis exactement lors du 70ème jubilée à compter d’Adam. Une fois encore, nous voyons les conditions du jubilée remplies. Les captifs furent libérés et revinrent posséder leur héritage.

La délivrance de la captivité de la Babylone littérale est le symbole d’une délivrance beaucoup plus grande de la Babylone spirituelle.

J’ai écrit à ce sujet un article séparé intitulé Babylone.

La Mort et la Résurrection de Jésus

490 années à compter du retour des Juifs de Babylone (comptés comme 500 ans), nous atteignons la période du nouveau testament. Cette période est clairement décrite dans la prophétie de Daniel « Soixante-dix semaines ont été fixées sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour faire cesser les transgressions et mettre fin aux péchés, pour expier l’iniquité et amener la justice éternelle, pour sceller la vision et le prophète, et pour oindre le Saint des saints » (Daniel 9 : 24).

Qu’est-ce qui se produisit à l’accomplissement de cette prophétie ? Rien moins que le plus grand évènement de l’histoire écrite : la Mort et la Résurrection de Jésus-Christ ! En accordance avec la prophétie, cet évènement se produisit au 80ème jubilée à compter d’Adam, le nombre 8 et ses multiples étant associés tout particulièrement à Jésus et sa résurrection.

Les enfants d’Israël furent libérés d’Egypte à l’Exode. Les Juifs furent libérés de Babylone 70 ans après leur captivité. Jésus, à sa résurrection, fut libéré de la mort. Nous lisons encore dans Matthieu 27 : 52, 53 que « Les sépulcres s’ouvrirent, et plusieurs corps des saints qui étaient morts ressuscitèrent. Étant sortis des sépulcres, après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans la ville sainte, et apparurent à un grand nombre de personnes. »

Ce fut une manifestation du jubilée qui dépassa tous les autres jubilés antérieurs. Jésus lui-même fut libéré du dernier ultime emprisonnement. Il outrepassa la mort pour lui-même et ouvrit une voie de délivrance pour toute la création.

Jésus commença son ministère par une claire référence à l’année du jubilée. Dans la synagogue, à Nazareth, il lit ces mots d’Ésaïe : « L’esprit du Seigneur, l’Éternel, est sur moi, Car l’Éternel m’a oint pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, Pour proclamer aux captifs la liberté, Et aux prisonniers la délivrance; Pour publier une année de grâce de l’Éternel» (Ésaïe 61 : 1 et Luc 4 : 18, 19). Il parla de liberté aux prisonniers en relaxant l’oppressé et en proclamant l’année de grâce du Seigneur. Quelle autre année que celle du jubilée pouvait représenter cela ? Après cette proclamation, il allait apporter la délivrance du péché, de la maladie et de Satan aux multitudes enchaînées et affligées. Ceci arriva à son point culminant avec sa propre délivrance des chaînes de la mort, et 50 jours plus tard, avec la délivrance de ses disciples de toute crainte au jour glorieux de la Pentecôte. Ils allèrent à leur tour proclamer la délivrance et libérer les captifs partout où ils se rendirent.

UN JUBILEE A VENIR

Nous avons considéré 5 grands jubilées qui se produisirent aux temps bibliques. Le tableau suivant montre ces jubilées avec leur équivalence en terme d’années bibliques depuis Adam. J’en ai ajouté un autre à venir que nous allons maintenant étudier.

Evènements Jubilée Années d’Adam
Naissance d’Abraham40ème 2500
Exode 50ème 2500
Dédicace du temple de Salomon120ème 3000
Décret sur la reconstruction de Jérusalem70ème 3500
Mort et résurrection de Jésus80ème 4000
Achèvement 120ème 6000

Est-ce que ces 5 grands jubilées qui se produisirent aux temps bibliques sont la fin de l’histoire ou il y a-t-il encore d’autres jubilées à venir ?

Les 4 premiers de ces jubilées indiquèrent tous la venue d’un 5ème jubilée qui fut la mort et la résurrection de Jésus. Chacun de ces 4 premiers jubilées était un évènement relevant de l’ordre naturel en ce qui concerne le peuple d’Israël, le peuple naturel de Dieu. Ils étaient l’ombre et le modèle des choses à venir. La résurrection de Jésus et la dispensation consécutive du Saint-Esprit à la Pentecôte fut l’accomplissement de leur premier fruit. Mais, même ces grands évènements du nouveau testament ne constituaient pas un accomplissement final et définitif.

Jésus fut le premier fruit sur la mort, et sa résurrection indiquait une grande moisson de fruits encore à venir. Ainsi, tout comme les 4 premiers grands jubilées des temps anciens indiquaient un 5ème jubilée encore plus grand à venir, de la même manière les 5 premiers grands jubilées des temps passés indiquent un sixième jubilée encore plus grand qui est à venir.

Qu’est-ce qui nous montre dans les Ecritures qu’il en est ainsi ? Nous allons faire référence à 4 témoins.

1. La prophétie spécifique de Paul

Dans Romains 8, Paul dirigea ses regards vers un évènement à venir qu’il décrit comme la manifestation des fils de Dieu. Il écrivit « la création ... aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu ». Si nous examinons ces paroles avec plus d’attention, resituées dans leur contexte, nous découvrons un parallèle parfait avec l’Exode d’Egypte. Cette pensée est dite exactement avec les termes propres au Jubilée. Dans Romains 8 : 18-23, nous lisons :

« J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous. Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise à la vanité, — non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise, avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement. Et ce n’est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps.»

Les enfants d’Israël ont gémi dans leurs souffrances pendant plus de 80 ans en Egypte. Ils se lamentaient pour obtenir la délivrance et la liberté. Dieu était en train de préparer Moïse pour être leur libérateur. Moïse était, je crois, le prototype des fils révélés de Dieu. Pendant 40 ans, Dieu l’a libéré de tout ce qui avait un lien avec l’Egypte. Après cette préparation, il fut enfin prêt, dans la puissance surnaturelle de Dieu de conduire les enfants d’Israël hors d’Egypte jusqu’à leur entrée en terre promise. (Voir Moïse et la Voie de la Filiation). A présent, je le crois, Dieu à des fils tout comme Moïse, dans le désert de ce monde qu’il est en train de préparer pour la délivrance de la création toute entière. Cette fois, ce ne sera pas juste un homme qui délivrera un peuple de l’esclavage physique. Ce sera une multitude de fils qui délivreront une multitude de peuples de l’esclavage spirituel.

2. Jésus dit : « Je reviendrai »

On a enseigné à beaucoup de chrétiens de par le monde de s’attendre à un accomplissement littéral de cette promesse. Ils attendent un retour physique de Jésus en personne et qui établira son royaume sur cette terre. Un examen plus poussé des Ecritures peut nous conduire à un point de vue tout différent. Jésus va revenir à nouveau dans son peuple, tout comme il le fit à la Pentecôte. Il reviendra sur les nuées, et tout œil le verra ; mais ces nuages ne sont pas des nuages physiques d’eau. Il s’agira plutôt d’une grande nuée de témoins qui auront été spirituellement retirés de la terre pour régner avec lui dans les lieux célestes. Chaque œil le verra à partir du moment où il sera manifesté dans plusieurs fils qu’il est en train de mener à maturité.

J’ai écrit séparément sur ce point dans un texte intitulé La Venue du Seigneur.

3. La Fête des Tentes

Comme indiqué ci-avant, le calendrier religieux hébraïque comporte 3 grandes fêtes, nommées Fête de Pâque, Fête de Pentecôte et Fête des Tentes. Ces fêtes ont une signification prophétique profonde. Elles font allusion à 3 étapes d’expérience spirituelle dans la vie du peuple de Dieu, aussi bien à titre individuel que collectif.

L’église, dans son ensemble, a expérimenté la Pâque et la Pentecôte et un grand nombre d’individus ont célébré ces fêtes dans leurs vies personnelles. Toutefois, la Fête des Tentes reste largement inachevée.

La Fête des Tentes était le point culminant du calendrier religieux d’Israël. A l’inverse de la Pentecôte qui ne durait qu’une journée, la Fête des Tentes était célébrée pendant 7 jours pleins. C’était la fête de la dernière moisson de l’année quand toutes les récoltes étaient entassées. C’était la fête de la plénitude et de la perfection.

Cette fête demeure à accomplir et je crois qu’elle correspond au 6ème grand jubilée.

Pour en savoir plus sur ce sujet, veuillez vous reporter au texte Les Fêtes d’Israël.

4. Le Shabbat

Dans la Lettre aux Hébreux, il est écrit : « Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu» (Hébreux 4 : 9). Le rédacteur regardait vers un temps qui était encore à venir. Selon Pierre, « devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour » (2 Pierre 3 : 8). 6000 ans à partir d’Adam tombent le même jour en 1933 que celui du 120ème jubilée. Le 7ème millénaire a commencé.

QUAND CE JUBILEE AURA-T-IL LIEU ?

Quand ce jubilée prendra-t-il place ?

L’année biblique ordinaire est une année lunaire de 354 jours. Comptant les années lunaires de1960 (qui valent comme 2000 comme je l’ai mentionné plus haut) à partir de la mort de Jésus, nous parvenons à la date du 12 juin 1933. Cette date, comme indiqué plus haut, était celle du 120ème Jubilée ou 6000 ans à partir d’Adam. 3 autres importantes périodes de temps biblique se sont terminées le même jour, faisant de cette date un jour spécial. Ce fut, je crois, le départ officiel de la date du 6ème grand jubilée.

Dieu marqua cet évènement d’une manière toute particulière, comme je l’ai décrit dans mon article Bible Chronology (Chronologie des Ecritures). Ce qui se produisit alors, cependant, ne fut pas un accomplissement immédiat et visible de ce dont Paul a parlé dans Romains. Toutefois, je crois que ce fut la date officielle de départ.

Les enfants d’Israël sortirent d’Egypte, comme je l’ai mentionné, exactement lors du 50ème jubilée à partir d’Adam. Cependant, 40 années s’écoulèrent avant qu’ils posent leurs pieds en terre promise.

Le décret de Cyrus pour reconstruire Jérusalem tomba exactement au 60ème jubilée, mais une fois encore, les exilés mirent du temps pour quitter Babylone et revenir en Israël pour reconstruire Jérusalem.

Au 70ème jubilée, il y eut 50 jours entre la résurrection de Jésus et la grande manifestation du jour de Pentecôte.

Ainsi, à présent, je crois que la trompette du jubilée a sonné et que nous attendons de voir sa grande et glorieuse manifestation.

Restauration d'Israël

Comme je l'ai mentionné, je crois que l'objectif principal des 6 grands jubilés est la délivrance de la véritable église, l'Israël de Dieu, depuis sa captivité en Babylone jusqu'au rétablissement de son héritage spirituel, mais qu'en est-il de l'Israël naturel, le peuple Juif ? Qu' advient-il de leur long exil et captivité ?

1933 fut l'année où Hitler devint chancelier d'Allemagne. Ceci conduisit aux années les plus épouvantables de l'histoire du peuple Juif avec la perte de 6 millions de Juifs dans l'Holocauste pour prendre fin en 1945. Mais, trois années plus tard, cette hécatombe nationale, horrible, fut suivie d'une résurrection nationale. Le 14 mai 1948, Israël, une fois encore devint une nation indépendante, après 2000 ans environ d'assujettissement et d'exil. Les paroles de son hymne national :

“הַתִּקְוָה בַּת שְׁנוֹת אַלְפַּיִם לִהְיוֹת עַם חָפְשִׁי בְּאַרְצֵנוּ”

"Notre espérance de 2000 ans d'être un peuple libre dans son propre pays"

furent accomplies. Ces paroles prophétiques, écrites à l'origine voilà 70 ans, font écho une fois encore aux deux principes du jubilé : la liberté et la restauration de l'héritage.

CONCLUSION

Nous sommes d’ores et déjà entrés dans le plus grand jubilée de l’histoire. Les autres grands jubilées qui précédèrent ont été des préparations et des préfigurations de ce qui est en train d’arriver.

Le premier jubilée de l’histoire fut comme la semence d’une semence. La naissance d’Abraham fut le strict commencement visible d’un vaste plan divin. Abraham fit deux choses essentielles. Il sortit de Babylone par la foi et il vécut en terre promise. La première d’entre elles fut une délivrance de l’esclavage, la seconde une possession (par la foi) de son héritage futur. Aucun des autres jubilées ultérieurs n’aurait pu avoir lieu s’il n’avait pas obéi à Dieu.

A l’Exode, le deuxième jubilée historique, les Israélites sortirent d’Egypte. Tout comme Abraham, ils échappèrent à l’esclavage et se positionnèrent pour réclamer la terre que Dieu leur avait promis en héritage. Ce jubilée fut une autre naissance, pas seulement celui d’un homme mais de toute une nation.

Le troisième grand jubilée, la dédicace du Temple de Salomon, fut le fruit et l’accomplissement du second. Les esclaves libérés ont alors pris possession de la terre qui leur était promise et terminèrent la construction du temple. En dénouement, la puissance et la présence de Dieu descendirent et le remplirent.

Les quatrième, cinquième et sixième jubilées reproduisent, de manière différente, les trois premiers.

Le quatrième jubilée, le retour de Babylone, fut comme le premier. Un petit groupe de pélerins marchèrent sur les traces de leur père Abraham pour vivre à nouveau sur la terre promise. Tout comme la naissance d’Abraham, cela pouvait signifier un petit et anodin commencement. Mais, ils quittèrent Babylone et se rendirent en terre d’Israël où seuls les plans et les desseins de Dieu pouvaient s’accomplir. Sans ce retour de Babylone, Jésus n’aurait pas pu naître d’une mère juive à Bethlehem.

Le cinquième grand historique jubilée, situé dans le nouveau testament, fut le commencement d’un ordre de Dieu entièrement nouveau. Tous les jubilées antérieurs étaient juste des préfigurations et des préparations. Jésus vint pour accomplir la loi et les prophètes, et en fait toute l’histoire d’Israël. Il donna une réalité spirituelle à tout ce qui n’était jusqu’à lors que symbole et préfiguration. Ce cinquième jubilée correspond très étroitement au second. Jésus, comme Moïse, vient pour délivrer un peuple des chaînes. Jésus accomplit dans le royaume spirituel ce que Moïse fit dans le royaume naturel. L’exode fut la naissance d’Israël. Ce jubilée fut la naissance de l’église.

Le sixième jubilée est et sera l’achèvement et l’apogée de tous les jubilées antérieurs. Comme quatre des cinq jubilées historiques, il représente une nouvelle naissance et un nouveau commencement. Il est la naissance des fils de Dieu, et le commencement d’un nouvel ordre. Pour cette raison, je crois, bien qu’il soit déjà commencé, il n’est pas encore clairement visible et répandu.

Comme dans les jubilées antérieurs, ce jubilée est une délivrance, nous le verrons, à la fois de l’Egypte et de Babylone. Les fils de Dieu auront la victoire sur les deux. Pendant des siècles, l’authentique peuple de Dieu a été tenu en captivité par des systèmes humains religieux. Dieu est maintenant en train de les appeler à sortir de cette captivité, et de plus en plus de gens maintenant entendent, comprennent et obéissent à cet appel.

Alors que l’Exode fut une naissance et un commencement, le jubilée de Salomon fut un apogée et une apothéose. Moïse conduisit hors d’Egypte un ramassis d’esclaves indisciplinés. 500 années plus tard, ils devinrent un peuple puissant, avec un pays, une capitale et un roi. Au cœur de tout cela, la construction du nouveau temple de Dieu, et la gloire de Dieu qui descendit pour le remplir. Cet évènement fut, de loin, plus glorieux encore que l’exode, et sans lui il n’aurait pu avoir lieu. Sans Moïse, il n’y aurait pas eu de terre d’Israël, ni de Jérusalem et ni de temple.

De la même manière, l’achèvement de ce jubilée sera plus glorieux que le jubilée du nouveau testament, mais il sera totalement fondé sur la vie, la mort et la résurrection de Jésus. Sans Jésus, il n’y aurait rien. Sans la Pentecôte, sans Pierre et sans Paul et sans les Ecritures qu’ils laissèrent il n’y aurait rien. Tout ce qu’ils firent constitua la fondation ; ce jubilée sera le bâtiment achevé. Sa gloire dépassera toute chose qui a existé auparavant.

Le septième ange sonna de la trompette, et il y eut des voix fortes dans le ciel qui disaient : « Le royaume du monde est devenu le royaume de notre Seigneur et de son Christ (Oint), et il règnera pour l’éternité. »

Puissions-nous être participants de la gloire qui vient au-devant de nous !

A5 livret imprimable de cet écrit --- instructions d’impression